Réflexions visuelles par Olivier Jeannin

L’image photographique est le prolongement dans le temps d’un stimulus visuel figé… en principe, mais pas seulement car elle est aussi beaucoup plus!

Pour moi, cette notion temporelle est clé dans la photographie. La capacité qu’a une image de fonctionner comme une machine à remonter le temps, de faire voyager le spectateur dans un temps révolu, est fascinante. Cette notion du temps figé, cette fenêtre sur un moment qui n’est plus et qui ne sera plus, justifie à elle seule mon besoin vital de photographier.

Le trait photographique est propre à son auteur et est directement lié non seulement à l’intelligence visuelle et émotionnelle du photographe mais aussi à ses choix et à ses non-choix. Photographier, c’est inclure et exclure à la fois... Ce choix inhérent à chaque photographie, surtout celles réalisées au moyen de techniques anciennes, fait que je révèle une partie de mon cœur et de mon âme, que je prend partie et que je ne suis jamais neutre. C’est cela qui, pour moi, rend la photographie purement subjective et belle.

A l’heure de la photographie numérique, il est ardu de parler de choix techniques, tellement le matériel à disposition du photographe est aujourd’hui uniformisé et standardisé. Mais rassurez-vous, la photographie numérique n’est pas à l’ordre du jour !

Il existe beaucoup de techniques anciennes, des plus simples aux plus complexes, toutes différentes, toutes belles.

Celle sur laquelle le photographe portera son choix importe grandement car elle servira l’intention émotionnelle et visuelle de l’image recherchée. Mais c’est seulement lorsqu’elle est utilisée à bon escient, qu’elle devient elle-même vectrice d’émotion, qu’elle devient langage.

Considérons un instant que ce langage visuel résonne avec le langage photographique de l’auteur qui la pratique. Si cet écho intérieur est absent, alors la photographie réalisée ne sera que technique, elle ne sera pas émotion, elle ne peut l’être. Si, par contre, les deux langages se rencontrent, se mélangent, le résultat devient tout autre. La technique alors s’efface au profit d’un sujet, d’une émotion.

Le projet HORS NORMES, vous le découvrirez dans ce dossier, synthétise mon approche de la photographie de manière singulière, ayant trouvé dans la technique du Collodion Humide, ce langage particulier qui résonne en moi.

J’espère que vous trouverez dans ces pages, la passion pour la photographie, pour la Nature et ma fascination pour la Suisse que je souhaite transmettre. Je souhaite, au travers de cette aventure, capter un territoire, une géographie, une culture, à un moment donné de son histoire, par un procédé lent - une «slow photography»- qui produit des images uniques, comme, somme toute, l’est tout visage, tout paysage à un moment donné.

HORS NORMES, c’est saisir une géographie apparente et une géographie plus insaisissable, faite d’instants, d’émotions, de rencontres.

Olivier Jeannin
Photographe - alchimiste